notre héritage par le vêtement

notre héritage par le vêtement – Louis de Gouyon Matignon

Les Inuit du Nunavik souhaitent tous conserver leur culture. Face à l’accélération de l’Information et la disparition progressive de ce qui est différent, les Inuit des communautés du Nunavik se positionnent en continuant à parler leur langue, l’inuktitut, en transmettant et partageant leur savoir (quant à la chasse, au climat, à la couture, au respect…) et en se réappropriant leur histoire afin de construire un avenir meilleur.

« À quoi reconnais-tu, de loin ou dans la nuit, un Qallunak (quelqu’un ne faisant pas partie de la communauté des Inuit) ?
À son manteau, différent du mien ».

L’un des exemples le plus frappant, mis à part la langue, est l’utilisation par la majorité de la communauté de manteaux (atigik), chaussures (kamik), gants (pualuk) et bonnets (nassaq) fabriqués artisanalement et de façon traditionnelle. Chaque Inuk porte sur lui son histoire et son identité par le vêtement. Tous les Inuit que je rencontre sont fiers et heureux de porter des manteaux, gants ou chaussures qu’ils ont cousu. Sur Facebook, beaucoup de jeunes partagent des photos de manteaux ou chaussures qu’ils viennent de terminer de coudre. Se servant des ressources naturelles qui les environnent pour se protéger des rigueurs du climat arctique (fourrure de caribou, peau de phoque…), les Inuit de la vaste région du Nunavik que je rencontre comprennent l’importance de continuer à apprendre à coudre de façon traditionnelle et porter leurs créations. Malgré le contact avec les Européens, d’importants changements sur le plan culturel et social et le début de la sédentarisation, les Inuit se battent toujours aujourd’hui, notamment par le vêtement, pour la survie de leur identité et ainsi, de leur peuple.

notre héritage par le vêtement – Louis de Gouyon Matignon


notre héritage par le vêtement – Louis de Gouyon Matignon

Laisser une réponse