inutuinnauvugut – nous, Inuit

Par 24 décembre 2017actualité

inutuinnauvugut – nous, Inuit – Louis de Gouyon Matignon

Mes amis, je vous souhaite un très joyeux Noël. Que vous soyez seuls ou en famille, chez vous ou ailleurs, je vous espère de passer un beau moment. Mes pensées en particulier aux détenus qui, en prison, sont seuls, aux malades mentaux qui, en hôpital psychiatrique, sont seuls et aux personnes âgées qui, chez elles ou en maison de retraite, sont seules. Que cette année qui arrive soit l’occasion pour vous d’aller plus loin, de pardonner et de remercier.

Dans quelques jours, je partirai pour l’Arctique canadien où j’aurai la chance de vivre avec les Inuit (Esquimaux). Dans cette région du Grand Nord, occupée par la taïga, la toundra et les glaces arctiques, je serai pendant plusieurs mois aux côtés des derniers semi-nomades des glaces. Ce peuple au langage triangle qui, face à la fonte des glaces, produit du réchauffement climatique – Anthropocène, au changement des trajectoires animales, à l’alcoolisme et au suicide, aux trois à quatre heures de lumière par jour en hiver (à moins quarante à cinquante degrés Celsius), mais aussi – et peut-être surtout – à la disparition progressive d’une identité datant des premières migrations d’Asie vers l’Amérique du Nord par le détroit de Béring, cherche à survivre.

Après avoir étudié plusieurs mois en Corée du Nord, à l’université Kim Il-sung, après avoir publié le premier dictionnaire de langue nord-coréenne et notamment relancé l’activité de la maison d’édition LGM éditions, je suis heureux de partir auprès de ce peuple pour lequel je souhaite me battre.

Seul cette année pour Noël, je fais corps avec tous les exclus, les abandonnés et ceux qui sont loin de chez eux. Notre jour viendra.

inutuinnauvugut – nous, Inuit – Louis de Gouyon Matignon


Louis de Gouyon Matignon et une Inuk.

Laisser une réponse