voyage politique aux États-Unis : New York

voyage politique aux États-Unis : New York – Louis de Gouyon Matignon

En mars 2018, je décide dans le cadre d’un voyage politique de me rendre aux États-Unis d’Amérique en bus Greyhound pour y rencontrer des intellectuels (New York), découvrir la culture caribéenne / créole et observer les effets du réchauffement climatique (Miami / La Nouvelle-Orléans), échanger avec des conservateurs (Texas) et des entrepreneurs (Silicon Valley).

Arrivé à New-York, je comprends immédiatement le dynamisme de la ville. La population new-yorkaise, multiraciale, est fortement moderne et tournée vers l’avenir (utilisation des applications comme outils, comportement très ouvert sur les questions identitaires et vêtements très techniques). Tout à l’air d’avancer très vite, pour les pauvres comme pour les riches, en particulier dans Manhattan. Chinatown (qui devient de plus en plus grand et phagocyte peu à peu les quartiers alentours), Little Italy, Greenwich Village ou SoHo, Central Park ou Times Square, les États-Uniens sont en avance.

Au-delà de l’aspect moderne, la ville m’a apporté sur le plan culturel : j’ai échangé avec la communauté ashkénaze yiddish de Brooklyn (chez laquelle j’ai notamment logé, merci Shay Adelstein) et rencontré les intellectuels Kenneth McKenzie Wark, Tendayi Sithole et Jackie Wang.

Enfin, j’ai été frappé par l’aspect sécuritaire états-unien qui se traduit principalement par une présence policière très lourde et une population sensible à la question sécuritaire / militaire. Cet enjeu est rappelé par l’omniprésence de symboles renvoyant à l’État. Le paysage urbain rend compte, avec la place accordée au drapeau, à l’hymne national et aux vétérans, de l’ordre rigoureusement organisé et mis en œuvre par cette présence ultra-policière et sécuritaire.

voyage politique aux États-Unis : New York – Louis de Gouyon Matignon


voyage politique aux États-Unis : New York – Louis de Gouyon Matignon

Laisser une réponse